Couveuse d’entreprises et pépinières


Se lancer / mercredi, novembre 27th, 2013
(Last Updated On: 11 avril 2018)

Votre projet est construit et vous vous interrogez maintenant sur la création de votre structure. Vous avez entendu parler de la couveuse d’entreprise et aussi de la pépinière d’entreprise et vous vous posez quelques questions. Qu’est-ce exactement qu’une couveuse d’entreprise ? Quelles sont les avantages à intégrer une couveuse d’entreprises ? Est-ce vraiment intéressant de rejoindre une pépinière d’entreprises ? Quelles sont les différences entre couveuse et pépinière ? Ces systèmes sont-ils compatibles avec les métiers de Wedding Planner, Wedding Designer et Wedding Officiant ?

 

conseils-wedding-planner-couveuse-pepiniere

La couveuse d’entreprises permet à des créateurs de projet de démarrer une activité en toute sécurité, sans besoin de s’immatriculer. Cet incubateur d’entreprises permet aux Wedding Planners et/ou Wedding Designers de tester leur projet avant de créer juridiquement leur entreprise. En France, c’est le CAPE (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise) qui établit les rapports juridiques entre le créateur d’entreprise et la structure, couveuse d’entreprise, qui l’accueille.

Durant cette période de test de l’activité, divers bénéfices sont ainsi retirés par les « couvés » :

  • ils se font prêter un numéro d’immatriculation (celui de la couveuse) afin de réaliser les factures pour leurs clients ;
  • ils sont formés au métier de chef d’entreprise à travers des formations organisées par la couveuse d’entreprises, dans divers domaines (gestion, marketing, comptabilité, etc.);
  • Enfin, au sein de la couveuse d’entreprises, un spécialiste en création d’entreprise les guide et les conseille tout au long de la mise en place de leur projet.

L’entrepreneur se voit donc entièrement accompagné par la couveuse d’entreprises dans le début de son activité par la structure. L’entrée en couveuse d’entreprises est gratuite et dure au maximum 12 mois. Attention, le Chiffre d’Affaires réalisé par le créateur du projet est reversé à celui-ci à la fin du test et, selon les cas, 5 à 10% de ce total va à la couveuse d’entreprises.

 

Quelques chiffres de l’année 2012 en France

  • – 55 couveuses d’entreprises sont recensées en France ;
  • – 4600 entrepreneurs ont testé leur activité en couveuse (+25% par rapport à 2009) ;
  • – 62% sont des femmes entrepreneures ;
  • – 95% des entrepreneurs sont demandeurs d’emploi.

 

Pépinière

Comment trouver une couveuse d’entreprises ?

En France et en Belgique, pour trouver une couveuse d’entreprises, il suffit de vous rendre sur le site Union des Couveuses, site qui vous donnera également un grand nombre d’informations et de réponses.

En Belgique, les créateurs d’entreprise peuvent aussi s’adresser aux Structures d’Aide à l’Auto-création d’Emploi.

En Suisse,on parle plutôt d’incubateurs d’entreprises (Business Incubator ou Start-up Accelerator) et ces structures novatrices, au sens de la couveuse française, peine à se developper. En effet, les incubateurs d’entreprises Suisses sont plutôt des pépinières d’entreprises (voir définition ci-dessous). Quelques projets ont vu le jour, avec un principe un peu différent de clui mentionné ci-dessus : le créateur d’entreprise serait un salarié de l’incubateur et rémunéré en fonction de son Chiffres d’Affaires (10% sont conservés par la structure).

Au Luxembourg, comme en Suisse,on parle plutôt d’incubateurs d’entreprises (Business Incubator ou Start-up Accelerator). Parmi ces incubateurs on peut citer Technoport. Les créateurs d’entreprise peuvent aussi s’adresser à la Chambre de Commerce du Grand-Duché de Luxembourg.

Au Québec, il existe le Réseau IncubAction, un groupement d’incubateurs d’entreprises.


Comment entrer en couveuse d’entreprises ?

jury-couveuse-wedding-plannerVous devez construire un dossier crédible (étude de marché, Business Plan, plan financier prévisionnel à +3ans, … ) et être à même de pouvoir défendre votre projet lors de la commission d’études des candidatures, où vous devrez faire face à plusieurs professionnels expérimentés.

Il faut également savoir, qu’en France, une priorité est donnée aux demandeurs d’emplois (indemnisés ou non, inscrits au Pôle Emploi), et aux bénéficiaires du RSA. Et en Belgique ,Suisse, Luxembourg et Québéc, les incubateurs d’entreprises semblent privilégier les projets « innovateurs » ou la « recherche » … ce que n’est pas vraiment une activité de Wedding Planner et/ou Wedding Designer.

{youtube}x9EYUXh9FTI{/youtube}

 

Les pépinières d’entreprises

La « pépinière d’entreprises » accompagne les jeunes entreprises dans le démarrage de leu activité et l’aide dans son développement.

Elles sont pour la majorité généralistes, et accueillent des sociétés de secteurs différents au sein d’un même complexe.

Les pépinières d’entreprises présentent de multiples avantages. Elles proposent ainsi :

  •  – des locaux adaptés (location des bureaux, mobiliers, espace de stockage) avec des tarifs préférentiels ;
  •  – des services partagés comme par exemple le secrétariat, l’accueil des visiteurs, la mise à disposition d’une salle de réunion, etc. ce qui permet une réduction des charges ;
  •  – des services de soutien et de conseil accompagnent les entreprises de moins de trois ans afin des les aider à se développer.

Comment trouver une pépinière d’entreprises ?

En France, vous pouvez consulter la liste des pépinières certifiées NF services « Activité des pépinières d’entreprises » ou la recherche sur le site du Réseau National des Pépinières d’entreprises : Elan

En Belgique, pour vos recherches, sachez qu’on parle plutôt de centres d’entreprises.

Au Luxembourg, comme en suisse, on parle plutôt d’incubateurs d’entreprises (Business Incubator ou Start-up Accelerator). En effet, ce terme est employé aussi bien pour parler de couveuse que de pépinière d’entreprise.

Comment entrer en pépinière d’entreprises ?

L’admission en pépinière se fait sur validation d’un dossier auprès du « Comité d’Agrément », avec notamment la réalisation d’un plan d’affaires et les prévisions des résultats sur les années à venir. La présence d’une entreprise dans la pépinière est valable pour une durée de quatre ans maximum.

{youtube}tf3DAmlaIvI{/youtube}

 

Quelle est la différence entre couveuse d’entreprises et pépinière d’entreprises ?

En définitif, la couveuse d’entreprise s’adresse donc aux personnes qui désirent tester la validité de leur projet, avant que celui-ci soit créé juridiquement. Tandis que la pépinière d’entreprises est destinée aux entrepreneurs qui ont déjà créé et enregistré leur société au registre du commerce, et qui souhaitent bénéficier de locaux partagés.

Au Luxembourg, en Suisse et au Québec, la distinction est très subtile voire inexistante.

 

Témoignage d’une Wedding Planner en couveuse d’entreprise

 

logo-pomdereves

Virginie DIHO, ancienne élève du Wedding Institute et fondatrice de POM de rêves, qui a testé son projet en couveuse avant de créer son entreprise, a accepté de répondre à nos questions sur cette expérience.

Ma petite #WEDDING entreprise : Pourquoi avoir choisi de faire appel à une couveuse d’entreprises ?

Virginie : J’ai choisi de faire appel à une couveuse d’entreprise car il me semblait important d’être accompagné dans les étapes de la création de son activité et surtout, cela me permettait de faire une transition en douceur entre l’entreprenariat et la formation.

Ma petite #WEDDING entreprise : Comment avez-vous connu la structure qui vous a accueilli ?

Pépinière

Virginie : J’ai tout d’abord été voir ALEXIS Lorraine, qui est une structure d’accompagnement dans les étapes de créations (étude de marché, prévisionnels, etc.).

Pépinière

Cette structure m’avait été conseillée par Nicolas co-fondateur de l’agence « L’atelier de la Fée Luciole » (ndlr : formateur au Wedding Institute en 2011-2012), qui était également passé par elle. Cette structure m’a ensuite proposé d’entrer en « couveuse » chez PACELOR.

 

Ma petite #WEDDING entreprise : Quels sont les services que vous a apportés la couveuse d’entreprise ?

Virginie : La couveuse d’entreprise apporte une solution idéale pour la création d’entreprise : le test de sa future activité, sans les inconvénients de la création, mais en immersion réelle. Effectivement, on peut commencer à « monter son entreprise », accompagné d’un chargé de mission, dans les conditions réelles d’activité, mais sans être enregistré en nom propre (on travaille directement avec le numéro de SIRET de la couveuse d’entreprise).

Durant la période de couveuse, et ceci est l’un des points les plus importants selon moi, on conserve ses prestations pôle emploi. J’ai pu bénéficier de l’accompagnement en couveuse avec ma chargée de mission pendant une année complète. Durant cette année, j’ai ainsi pu mettre en place la totalité de mon activité : carnet d’adresse, établissement de mes tarifs, de mes propositions, prospection clients et surtout, mes premiers contrats. Un autre point qui mérite d’être soulevé est le fait que l’on se retrouve en réunion commune une fois par mois avec les autres couvés. Cela permet les échanges d’idées, les questions, de voir comment sont perçues les offres que l’on peut proposer … Ces réunions peuvent aussi permettre de rencontrer d’éventuels futurs partenaires commerciaux.

Ma petite #WEDDING entreprise : Quel aura été le coût, pour vous, du test de votre activité en couveuse ?

Virginie : En fait la couveuse d’entreprise n’est pas payante. On est redevable d’un montant très limité de cotisation sociale par trimestre, et de la cotisation d’entrée. Après, le coût correspond à l’investissement que l’on met dans son activité : création d’un site internet, logo, cartes de visites,… mais tout en ayant l’avantage de pouvoir continuer à bénéficier des prestations chômage si l’on relève du Pôle emploi.

Ma petite #WEDDING entreprise : Que vous a apporté la couveuse en termes entrepreneuriat et de gestion d’entreprise ?

Virginie : En termes de gestion d’entreprise, à vrai dire, pas grand-chose, ayant une formation initiale dans ce domaine, toute la partie comptable, gestion et pilotage d’entreprise étaient des domaines que je maîtrisais déjà. Par contre, cela m’a aidé dans le montage d’offre, la prospection client … tout l’aspect plus commercial. A savoir que lorsque l’on est en couveuse d’entreprise, on a accès à toute une panoplie de formations, qui cible les aspects commerciaux, informatiques, comptables, fiscaux, sociaux,…

Ma petite #WEDDING entreprise : Conseillerez-vous aux jeunes entrepreneurs d’intégrer ce dispositif ?

Virginie : Oui sans hésiter, car ce dispositif permet d’une part, de vraiment pouvoir se rendre compte si on est fait pour ce métier, et d’autre part, de nous faire une première idée sur la viabilité du projet.

Vous avez des questions ou souhaitez nous faire part de votre expérience ? COMMENTEZ CI-DESSOUS avec votre profil Facebook !

Crédit Photo : Photo-Libre.fr

Co-fondatrice de l’International Wedding Institute, je conseille au quotidien, depuis plus de 10 ans, des futurs professionnels du mariage qui créent leurs petites #WEDDING entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *